Historique


Une école et un milieu débordants de projets

♦ Le pavillon Marie-Élisabeth de Saint-Gabriel fait maintenant partie de l’école des Hauts-Plateaux qui regroupe aussi le pavillon de la Source à Les Hauteurs. Lors de la construction de l’édifice, en 1962, on parlait plutôt du « Couvent Marie-Élisabeth». Le couvent comprenait une école d’une douzaine de classes ainsi qu’une résidence pour les religieuses. La Commission scolaire locale de Saint-Gabriel a fait construire l’école par la firme Castonguay & Turbide de Causapscal, une entreprise spécialisée dans la construction d’édifices publics, sur des plans établis par le Département de l’instruction publique du Québec. L’école a été édifiée sur une partie élevée et bien en vue du village et couvrait une superficie de 2 190 mètres carrés (école et résidence).  En plus des 12 classes, le couvent abritait aussi une salle polyvalente, une cafétéria, une classe d’enseignement ménager et divers locaux techniques : magasin, bloc sanitaire et chaufferie. En 1970, après le départ des religieuses, la résidence a été réaménagée, sur des plans de l’architecte Gaston Martin, en trois salles de classe, un local de maternelle, un vestiaire et un bureau. Des travaux importants ont également été effectués à l’intérieur de l’école en 1991 : réfection des systèmes de plomberie et chauffage, révision des systèmes de sécurité. S’il fallait reconstruire cette grande école dans ces années-ci, il faudrait songer à investir 2,4 millions.

Aujourd’hui, le pavillon Marie-Élisabeth accueille environ 100 élèves, du préscolaire 4 ans à la 6e année du primaire. Le programme Passe-partout est  aussi offert aux petits de 4 ans. Les membres du personnel enseignant sont à l’écoute des besoins des jeunes, ils sont imaginatifs et ouverts aux nouvelles stratégies en éducation. Les élèves participent fréquemment à des sorties éducatives. Même si l’école est localisée à une bonne distance de certaines infrastructures sportives ou culturelles, la direction et le personnel tiennent à ce que les élèves puissent tout de même en profiter. Durant l’année, ils se rendent ainsi, à plusieurs reprises, à Mont-Joli ou Rimouski pour participer à diverses activités : spectacles, sports (cross-country), natation, visites culturelles, au Salon du livre, etc. L’école accueille également des auteurs.

Les parents impliqués au sein du Conseil d’établissement et de l’Organisme de participation des parents sont particulièrement dynamiques. Les parents sont très actifs dans l’organisation d’activités pour les jeunes. La municipalité de Saint-Gabriel est innovatrice et les gens ont développé un fort sentiment d’appartenance à leur milieu. Ce dynamisme se reflète sur la vie de l’école et sur les projets qui sont réalisés, par exemple l’aménagement d’un terrain de soccer près de l’école, en collaboration avec l’organisme Sports-Arts et la Caisse populaire. La priorité est de permettre à chacun des élèves de découvrir son plein potentiel, ses forces et différents aspects de sa personnalité. Dans cette perspective, les principes de l’école orientante s’appliquent aussi. Le premier objectif poursuivi est de permettre à l’enfant de se valoriser davantage, de se voir comme le premier responsable de lui-même et de ses apprentissages.

Du Couvent Saint-Rosaire au pavillon La Source 

♦ Le Couvent Saint-Rosaire de la paroisse Saint-François-Xavier-des-Hauteurs a été construit en 1958 à partir de plans normalisés du Département de l’instruction publique. Le couvent couvrait une surface de 1 125 mètres carrés et s’élevait sur deux étages, avec sous-sol. Près de 50 ans plus tard, il a conservé son aspect d’origine. Le terrain avait été acquis un an auparavant par la Commission scolaire locale et c’est l’entrepreneur Rimont Construction qui a réalisé le projet. À son ouverture, l’école comptait sept classes et une salle polyvalente. La partie ouest de l’édifice était occupée par la résidence des Sœurs du Saint-Rosaire. Bien que l’immeuble n’ait pas subi de transformation majeure en près de 50 ans, des travaux de rénovation ont été réalisés, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’école, notamment, l’amélioration du système d’alimentation en eau potable en 1965, la réfection puis la restauration de la toiture en 1971 et 1982, la conversion au programme de la bi-énergie en 1985 et le remplacement du système d’éclairage en 1986. Cette construction solide a traversé le temps et le pavillon La Source d’aujourd’hui a sensiblement le même aspect que le couvent Saint-Rosaire de 1958. S’il fallait reconstruire cette école dans ces années-ci, il faudrait prévoir un investissement de 1,2 million.

Aujourd’hui, le pavillon La Source accueille une centaine d’élèves, environ 80 au préscolaire et primaire et 20 en 1re et 2e secondaire. Les élèves du secondaire proviennent de trois municipalités : Les Hauteurs, Saint-Charles-Garnier et Saint-Gabriel. Il règne une atmosphère d’entraide au pavillon La Source, une ambiance qui est le reflet de celle que l’on retrouve au sein de la communauté.

Les parents sont très actifs à l’école et les gens du milieu n’hésitent jamais à s’impliquer dans des projets élaborés pour les élèves. Les parents sont très proches de leurs enfants et participent nombreux aux activités de l’école.  Le Conseil d’établissement réunit les pavillons Marie-Élisabeth de Saint-Gabriel et La Source de Les Hauteurs. Au primaire, une grande attention est accordée à la lecture. De façon régulière, les grands du troisième cycle du primaire travaillent avec les plus petits et stimulent leur intérêt pour la lecture. Le même esprit d’entraide règne également à l’intérieur du laboratoire d’informatique. Depuis quelques années, un programme d’harmonie rassemble tous les élèves du secondaire. Le nombre d’heures consacrées à la musique a été augmenté. Les jeunes présentent régulièrement des concerts et participent au Rassemblement des harmonies. La proximité du centre communautaire de Les Hauteurs permet d’y organiser régulièrement des activités pour les élèves.

La Direction souligne l’esprit d’entraide et de collaboration qui anime l’équipe enseignante et l’ensemble du personnel. L’équipe-école et le conseil d’établissement ont beaucoup travaillé à l’élaboration du Plan de réussite. Le consensus s’est fait sur l’importance de donner aux élèves une bonne méthode de travail et de prendre en considération leurs besoins particuliers, en harmonie avec leur milieu.